Cycle Intelligences 2/4 – Focus Santé : bientôt une médecine de chair et d’O.S.?

Impression 3D, robots médecins, manipulation de l’ADN, … le duo santé & tech n’en finit pas d’avancer. Et pourtant, quand on jette un oeil dans le rétroviseur, le premier séquençage du génome humain date déjà de 2003, et la première impression d’organe (une vessie) de 1999.  

Alors quoi de neuf docteur ? Finalement, ce qui évolue, c’est la capillarité entre l’homme et la machine : l’IA fricote avec notre ADN, la VR joue des tours à nos cerveaux et nos sens, et les imprimantes 3D couvent déjà nos futurs organes…

Quand la médecine court après la technologie, l’échange et le débat semblent les seuls remèdes pour prévaloir la propagation des soins contre la “science sans conscience”. Alors rendez-vous à Futur en Seine le vendredi 9 juin 2017 de 14h à 18h30 : on vous y délivrera votre futur sur ordonnance !

Santé + Tech :
Médecine par tous ou médecine pour tous ?

Le diagnostic ? Notre médecine est désormais passée dans l’ère des  5P : là voilà Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative & de Précision. Les imprimantes 3D, les plateformes en ligne et les prothèses individualisent les traitements et autonomisent les patients. Les robots, bras articulés et dispositifs de réalité virtuelle et augmentée apportent finesse et détail au travail des médecins. Les données rassemblées de millions d’hommes sont sur le point de guérir Alzheimer ou les cancers. La technologie amène aussi la médecine dans les lieux les plus reculés, et les soins dans les plus désertés.

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et pourtant.

Pourtant tout a un coût : à vouloir prévenir toutes les maladies, la société va-t-elle faire de la vieillesse, la maladie ou la mort des problèmes de pauvres ? Pourtant également, de nouvelles pathologies apparaissent ou vont survenir, et avec elle les (digital) détox qui s’imposent. Pourtant, nos données de santé sont déjà exploitées par les compagnies d’assurance ou les banques. A notre tour de (re)prendre la main sur notre bien-être !

On en parle à Futur en Seine

  • Médecine prédictive : plus intelligente mais plus injuste?  Infos & résa
  • Maker Health – invent your own medical technologies!  Info & résa

Au micro

JOSÉ GÓMEZ-MÁRQUEZ
Fondateur et directeur
du »Little Devices Lab »
@ MIT

MARGUERITE BRAC
DE LA PERRIÈRE

Avocate, directrice
du département santé
numérique du Cabinet
Alain Bensoussan

ISABELLE VITALI
Directrice Innovation
& Business Excellence,
Sanofi France

DESMISCHELLE STÉPHANE
Rédactrice en chef adjointe,
Sciences et Avenir pôle digital

L’abus d’IA est dangereux pour la santé :
c’est grave docteur ?

Le coût et l’accès de l’édition génomique – modifier de façon ciblée les génomes du vivant – se sont récemment démocratisés de manière spectaculaire, notamment grâce à l’IA. Anticiper les maladies et les éradiquer au plus tôt, voire les prévenir avant la naissance, devient dorénavant une réalité. Combiné au traitement de larges masses de données, ce futur promet des soins plus performants, et du temps retrouvé par les médecins pour un travail plus humain.

Génial ou terrifiant ? D’un côté, les craintes peuvent être multiples : gamification de la maladie, piratage d’implants, modification de l’humain et responsabilité des actes… De l’autre, cet éloignement de la mort et de la maladie invitent aussi à reconsidérer la vie :sans sa finitude et son imperfection, perd-t-elle sa valeur et sa singularité ?

On en parle à Futur en Seine

Au micro

VICTOR DILLARD
Fondateur
@ Desktop Genetics

CATHERINE BOURGAIN
Chercheuse en génétique
à l’Inser

KIRENE MERALLI
Lead Project Analyst
chez FABERNOVEL INNOVATE

JURGI CAMBLONG

PDG et co-fondateur
@ Sophia Genetics

CHRISTEL BELTRAN
Ambassadrice Watson
Cognitive @ IBM


Le malade imaginaire :
l’hôpital qui se fout de l’humanité ?

La VR propose  des environnements artificiels pour s’échapper ou se réconcilier avec le réel : thérapie contre les phobies, les traumatismes…. En plus de terrasser certaines maladies, la technologie fera-t-elle des maux un mauvais souvenir ?

Mais tous ces outils basent leur efficacité sur leur capacité à influencer notre cerveau et à biaiser nos sens : mais alors, jusqu’à quelle dose le virtuel peut-il soigner ? Peut-on aussi prévoir et prévenir les futures addictions à la VR ?

On en parle à Futur en Seine

  •  Réalité Virtuelle : futur traitement or future addiction?  Info & résa

Au micro

DR ÉRIC MALBOS

Psychiatre, spécialiste
du traitement en réalité
virtuelle

MARINE TAFFOU
Chercheur à l’Institut
de recherche biomédicale
des armées

Et aussi — Mael le Mée ponctue l’après-midi du 9 juin de ses micro-performances décalées

Et puisque nous voulions remettre du corps et de la chair,  impliquer le public corps et âme dans ces sujets pleins de données et de dispositifs technologiques, nous vous remettrons pour 5 minutes, entre chaque session, entre les mains de l’artiste Mael Le Mée. Il questionnera très sérieusement les rapports entre corps, bien être, quantified self, mais aussi désirs, sciences et technologies, au travers de micro-performances décalées sur les sujets de l’après-midi. Au programme : fitness automatique, voyance probabiliste, thérapie statistique de groupe et autre génétique de charme, pour mettre vos corps à l’ouvrage.

equipefens